Mai 2019 – Numéro 1 – Edito

Générique

www.onde-de-choc.eu

Notre système de santé se meurt. Il est mort ? Non, il bouge encore. Maintenu dans un coma artificiel, sous perfusion d’adrénaline.
Il n’y a pas que les hôpitaux qui crient détresse, les patients aussi, comme l’affirment les professeurs Philippe Halimi et Christian Marescaux (1). Notre médecine au quotidien ne respire pas la santé… Nous sommes tous en danger car nous sommes mal soignés.
www.onde-de-choc.eu ?
Un blog, encore un, initié par des lanceurs d’alerte pour mettre à mal notre institution ?

Au royaume de l’incohérence, le dysfonctionnement est roi. La preuve : les soins qui vous sont prodigués le sont, non pas en prenant en compte la qualité et la sécurité…mais, d’abord et avant tout, le coût.
En réalité, il s’agit de rendre public -sur la toile- le check-up du système. Dire pourquoi ceux qui doivent le protéger… le mettent en danger.
Alimenter le débat, le combat plutôt, qui oppose ceux qui veulent avancer pendant que d’autres ne veulent pas bouger. Innovation, d’un côté, statu quo, de l’autre.

L’ensemble du secteur subit un blocage, car englué dans les méandres d’une réglementation trop bureaucratique – qui compte d’abord, soigne après.

Vous l’avez bien compris : c’est de notre santé qu’il est question ici. Nous sommes tous des patients, le coeur du sujet, mais notre avis importe peu : comme nous ne sommes pas ou peu informés, nous restons sans réaction.

(1) Philippe Halimi et Christian Marescaux : « Hôpitaux en détresse, patients en danger »   Flammarion/Document.